Expérience du stress à l'adolescence

Authors:
Michelle Dumont
Published Online:
14 Oct 2010
DOI:
10.1080/00207590050171139
Pages:
194–206
Volume/Issue No:
Volume 35 Issue 5

Additional Options

Cette étude aborde les relations entre le stress–certains facteurs de protection—la détresse auprès de 297 adolescents québécois. Dans un premier temps, cette étude examine si ces relations different selon le sexe du participant. Dans un second temps, cette recherche prédit l'expérience du stress à l'adolescence (indices de fréquence, d'intensité, de sévérité) à partir de la dépression, de l'estime de soi, du soutien social et de certaines stratégies adaptatives. En contrôlant pour l'âge des participants, les résultats indiquent que les adolescentes se sentent davantage menacées par le stress chronique que les adolescents, sont plus dépressives, rapportent davantage de personnes disponibles dans leur réseau social et adoptent plus souvent des stratégies adaptatives cognitives ou de recherche de soutien social. Elles auraient en revanche une moins bonne estime de soi que les garçons. En ce qui concerne le deuxième objectif de cette étude, soulignons que l'estime de soi et les stratégies adaptatives évitantes prédisent la fréquence et la sévérité du stress à l'adolescence, ceci en contrôlant pour l'âge et le sexe du participant, alors que l'état dépressif est le seul facteur pouvant prédire les trois indices de stress (fréquence, intensité, sévérité), contrairement au soutien social et aux stratégies adaptatives sociales ou cognitives.

This study concerns stress—protective factors—distress relationships with 297 adolescents. The first goal was to study if these relationships change depending on the sex of the participant. The second goal of the present research was to predict stress experience (frequency, intensity, severity) by depression, self‐esteem, social support and coping. Controlling the age of the participant, the results indicate that female teenagers are more threatened by chronic stress, more depressive, have more available persons in their social network, use social or avoidant coping more often whereas the male adolescents show a better self‐esteem. Concerning the second objective, self‐esteem and avoidant coping can predict stress experience (frequency and severity), while the state of depression is the only factor that can predict the three aspects of stress (frequency, intensity, severity), as opposed to social support, and social or problem‐solving coping.

© 2000 International Union of Psychological Science