Divided attention in music

Authors:
E. Bigand, S. McAdams, S. Forêt
Published Online:
14 Oct 2010
DOI:
10.1080/002075900750047987
Pages:
270–278
Volume/Issue No:
Volume 35 Issue 6

Additional Options

Two models have been advanced to account for the apparent ease with which attention can be divided in music: a “divided attention” model postulates that listeners effectively manage to follow two or more melodic lines played simultaneously. According to a “figure‐ground model,” the harmonic coherence of Western polyphonies allows a listener to focus on one melody while staying aware of the other melody, which acts as a background. This figure‐ground processing compensates for the inability to divide attention. The present study was designed to further investigate these two models. Participants were required to detect melodic errors in two familiar nursery tunes played simultaneously an octave apart. The divided‐attention model predicted that this task would be easily performed by participants, irrespective of the key of the nursery tune. The figure‐ground model predicted better performance when the keys of the tunes were identical or closely related. None of these predictions was fully supported by the data, leading us to propose a new “integrative model” of listening to polyphonic music.

Deux modèles ont été proposés pour rendre compte de l'apparente facilité à partager son attention lors de l'écoute musicale: selon un modèle “d'attention partagée”, l'auditeur parviendrait à suivre deux ou plusieurs lignes mélodiques jouées simultanément. Selon un modèle “figure‐fond”, la cohérence harmonique des polyphonies occidentales permettrait à l'auditeur de focaliser son attention sur une mélodie tout en restant attentif à l'autre mélodie qui agirait comme un fond harmonieux. Ce processus d'organisation de la polyphonie en figure‐fond compenserait l'incapacité à diviser l'attention. L'étude présente fut conçue pour approfondir ces deux modèles. Les sujets devaient détecter des erreurs mélodiques dans deux mélodies populaires jouées simultanément à deux octaves différentes. Selon le modèle “d'attention partagée”, cette tâche devait être facilement réalisée, quelque soit la tonalité respective des mélodies. Le modèle “figure‐fond” prédisait de meilleures performances lorsque les tonalités des mélodies étaient identiques ou proches. Aucune de ces prédictions n'a été pleinement confirmée par les données ce qui conduit à développer un nouveau modèle “d'écoute intégrative” de la polyphonie.

© 2000 International Union of Psychological Science