A CROSS‐CULTURAL STUDY OF PERSONALITY: EGYPTIAN AND ENGLISH CHILDREN

Authors:
Sybil B.G. Eysenck, Ahmed M. Abdel‐Khalek
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207594.1989.10600028
Pages:
1–11
Volume/Issue No:
Volume 24 Issue 1-5

Additional Options

679 Egyptian boys and 696 girls completed the Junior Eysenck Personality Questionnaire, translated into Arabic. Factor comparisons were moderately high for extraversion and social desirability but weak for neuroticism and psychoticism. Suitable item substitution produced a scoring key resulting in adequate reliabilities with the exception of a somewhat low reliability for the boys on extraversion and low reliabilities on psychoticism for both sexes. Sex differences on means of the dimensions were as usual, boys scoring higher than girls on extraversion and psychoticism, but lower on neuroticism and social desirability. Moreover, on comparing Egyptian with English means, using scales of items in common only, the English boys and girls scored higher than their Egyptian counterparts on extraversion but significantly lower on social desirability. British boys scored higher on psychoticism than did Egyptian boys but British girls scored lower than Egyptian girls.

Des garçons (n = 679) et des filles (n = 696) d'Egypte ont complété la version arabe du ‘Junior Eysenck Personality Questionnaire’ (J.EPQ). Les comparaisons de facteurs ont livré des scores modérément élevés pour l'extraversion et la désirabilité sociale, mais faibles pour le névrotisme et le psychotisme. Des substitutions adéquates d'items ont produit une clef de correction permettant l'obtention d'un niveau acceptable de fidélité, sauf en ce qui concerne une fidélité plutôt faible pour les garçons dans le cas de l'extraversion, ainsi que des niveaux faibles de fidélité pour les deux sexes en ce qui a trait au psychotisme. Les différences inter‐sexes obervées pour les moyennes des différentes dimensions étaient normales, les garçons obtenant des scores plus élevés que les filles pour l'extraversion et le psychotisme, mais plus faibles pour le névrotisme et la désirabilité sociale. De plus, en comparant les données égyptiennes avec les moyennes anglaises, en regardant seulement les échelles des items communs, les filles et les garçons anglais ont obtenu des scores plus élevés que les groupes égyptiens pour l'extraversion, mais significativement plus bas pour la désirabilité sociale. Les garçons anglais ont obtenu des scores plus élevés de psychotisme que les garçons égyptiens, mais c'est l'inverse qui fut observé chez les filles.

© 1989 International Union of Psychological Science