CLUSTERING IN MUSIC: AN APPRAISAL OF TASK FACTORS

Authors:
Isabelle Peretz
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207594.1989.10600040
Pages:
157–178
Volume/Issue No:
Volume 24 Issue 1-5

Additional Options

The pitch and temporal intervals of tune fragments, taken from folk music, were analyzed in terms of gestalt similarity principles and studied as determinants of music grouping structure. In experiment 1, the listeners were required to divide each tune into its ‘natural’ parts. Their ability to segment the tunes closely matched the boundaries generated by the clustering determinants under study, this consistency being particularly high for musicians. In experiment 2, a probe recognition task was used in which subjects were presented with a tune fragment followed by a true or false probe; true probes fell either within or across the boundaries studied in experiment 1. Since the probe was presented after the tune fragment, the differential ease of verifying within and across probes was taken to reflect the part structure of the tune held in memory. In order to study the part structure representation that is being built during music listening, a third experiment was devised by presenting the probe prior to the tune fragment and having subjects monitor the probe while listening to the fragment. Of the last two paradigms, only the latter was found to be sensitive to cluster boundaries, as defined along the temporal dimension. The entire set of results suggests that there does not seem to be a basic format of musical representation that is uniquely specified from the output of the clustering process.

Les intervalles de temps et de hauteur entre les sons de fragments musicaux, issus du répertoire populaire, ont été analysés suivant les principes gestaltistes de similarité et étudiés en tant que déterminants des groupements structuraux de la musique. Dans l'expérience 1, les auditeurs devaient diviser chaque fragment en ses parties dites ‘naturelles’. Leurs segmentations étaient en général conformes avec les déterminants mis à l'étude; cette conformité étant particulièrement élevée chez les musiciens. Dans l'expérience 2, une tâche de reconnaissance d'extrait a été utilisée; dans celle‐ci, les sujets entendaient un fragment musical suivi d'un extrait. Les extraits issus du fragment soit provenaient d'un des groupes soit chevauchaient deux groupes, ces groupes ayant été déterminés suivant les měmes principes que ceux étudiés dans l'expérience 1. Etant donné que l'extrait était présenté après le fragment musical, l'exactitude relative avec laquelle les sujets vérifiaient les extraits suivant leur position était considérée comme le reflet de la structure musicale maintenue en mémoire. Dans le but d'étudier les représentations qui se forment plutôt durant l'écoute musicale, une troisième expérience a été conçue de manière à ce que l'extrait précède le fragment musical et doive ainsi ětre décelé lors de l'écoute měme du fragment De ces deux situations, seulement la dernière s'est révélée sensible au groupement temporel. Ces résultats, dans leur ensemble, suggèrent que le groupement ne fixe pas à lui seul une forme fondamentale de représentation musicale.

© 1989 International Union of Psychological Science