CROSS‐CULTURAL SIMILARITIES AND DIFFERENCES ON TWO NEO‐PIAGETIAN COGNITIVE TASKS

Authors:
Ronald Miller, Juan Pascual‐Leone, Catherine Campbell, Timothy Juckes
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207594.1989.10600049
Pages:
293–313
Volume/Issue No:
Volume 24 Issue 1-5

Additional Options

Two studies are reported concerning performance differences and similarities across cultures. Pascual‐Leone's tests of mental attention/energy (M‐power) were administered to Zulu‐speaking township children aged from 7 to 12 years. In study 1, the Compound Stimulus Visual Information task (CSVI) was used to determine whether children (N = 292) performed at theoretically predicted levels previously obtained with middle‐class Canadian children. In study 2, the children (N = 252) were required to complete the Figural Intersection Test (FIT) four times. Unlike the CSVI, in which learning is controlled by training prior to testing, the FIT assumes basic familiarity with the general test requirements. The purpose of repeated testing was to assess the extent of learning across trials. The results for study 1 indicate that subjects do perform at the predicted levels on the CSVI and have the same M‐power as Canadian children. The results for study 2 indicate that the subjects underperform on trial 1 of the FIT but overperform on trial 2 relative to Canadian children.

Deux études sont rapportées concernant des différences et des similarités inter‐culturelles de performance. Les tests de l'attention mentale/énergie (‘M‐power’) de Pascual‐Leone ont été administrés à des enfants âgés de 7 à 12 ans provenant de communautés d'expression Zulu. Dans la première étude, la tâche d'information visuelle du stimulus composé (CSVI) a été utilisée pour déterminer si les enfants (N = 292) pouvaient performer aux niveaux prédits théoriquement qui avaient été préalablement observés chez les enfants Canadiens de classe moyenne. Dans la seconde étude, les enfants (N = 252) devaient compléter quatre fois le test de l'intersection des figures (FIT). Contrairement au CSVI, dans lequel l'apprentissage est contrôlé par l'entraînement qui précède l'administration du test, le FIT assume une familiarité de base avec les prérequis généraux du test. Le but visé par la répétition du test était d'évaluer l'étendue de l'apprentissage en fonction des essais. Les résultats de la première étude indiquent que les sujets obtiennent les performances prévues au CSVI et possèdent le měme niveau de ‘M‐Power’ que les enfants Canadiens. Les résultats de la seconde étude indiquent que, par comparaison avec les enfants Canadiens, les sujets livrent une performance inférieure au premier essai du FIT, alors qu'ils obtiennent une performance supérieure au second essai.

© 1989 International Union of Psychological Science