UNDERLYING PRESUPPOSITIONS IN SOLVING TWO‐TERM SERIES PROBLEMS

Authors:
Dimitris Natsopoulos, Efi Syngollitou
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207598508247738
Pages:
291–317
Volume/Issue No:
Volume 20 Issue 2

Additional Options

Researchers are traditionally interested in the sort of psychological processes in which the subjects are engaged when solving two‐ and three‐term series problems under time restrictions. Three models, the Linguistic (Clark), the Spatial Imagery Theory (mainly Huttenlocher) and the Mixed (Sternberg) propose alternative views for explaining the cognitive processes involved during problem solving. The present study was designed to examine the kind of presuppositions the native speakers use when solving two‐term series problems under no time restrictions with four classes of adjectives: Ratio (or spatial) with and without context. Ordinal1 and Ordinal2 without context. The results show: (1) contrary to the theories absolute presuppositions is the predominant answer pattern on all adjective groups; (2) context exerts a strong effect on the form of presuppositions elicited by the subjects; (3) the unmarkedness‐markedness concept appears pshychologically inconsistent; and (4) presuppositions in two‐term series problems under no time restrictions seem to reflect a different sort of cognitive processes from that espoused by the models mentioned.

Traditionnellement les chercheurs se sont intéressés à ces processus psychologiques dans lesquels les sujets étaient engagés quand ils résolvaient des problèmes de séries de deux ou trois termes sous certaines restrictions de temps. Trois modèles, le modèle linguistique (Clark), la théorie de l'imagerie spatiale (principalement Huttenlocher), et le modèle mixte (Sternberg) proposent d'autres points de vue pour expliquer les processus cognitifs qui interviennent pendant que les sujets solutionnent les problèmes. La présente étude se propose d'examiner le genre de présuppositions que les ‘natifs’ utilisent quand ils résolvent, sans restriction de temps, des séries de problèmes à deux termes avec quatre classes d'adjectifs: les adjectifs ‘ratio’ (ou spatiaux) dans ou hors de contexte, les ordinaux1 et les ordinaux2 sans contexte. Les resultats montrent que:(l) contrairement aux théories, dans tous les groupes d'adjectifs, les présuppositions absolues sont la structure prédominante de réponse;(2) le contexte exerce une très vive influence sur la forme des présuppositions données par les sujets;(3) le concept ‘unmarkedness‐markedness’ apparaît inconsistant d'un point de vue psychologique; et (4) les présuppositions à des problèmes de séries de deux termes, sans restriction de temps, semblent refléter un genre de processus cognitifs différent de ceux adoptés par les modèles mentionnés.

© 1985 International Union of Psychological Science