PERSONALITY AND BEHAVIOURAL MEASURES: GENDER, AGE, AND RACE CONTRASTS IN AN AUSTRALIAN SETTING

Authors:
Bikkar S. Randhawa, Philip R. De Lacey, Donald H. Saklofske
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207598608247597
Pages:
389–402
Volume/Issue No:
Volume 21 Issue 1-4

Additional Options

As a complement to previous comparative studies focusing on cognition, this study compares a number of personality and behavioural traits of Australian Anglocelt and Aboriginal children. The personality scales are Extraversion (E), Neuroticism (N), Psychoticism (P), Lie (L), Impulsiveness (Imp), Venturesomeness (Vent), and Empathy (Emp); and the behavioural scales are Relating (R), Asserting (A), Investing (I). and Coping (C). The personality scales were administered to 113 and 42 sixth‐ and ninth‐grade children, respectively. The teachers of the children completed a behavioural rating scale for each child. Thirty‐three sixth‐graders and 16 ninth‐grader were Aboriginal. Sixth‐grade males had higher means on P and Vent, while sixth‐grade females averaged higher on L, Emp, R, I, and C. Aboriginal sixth‐graders averaged higher on P, while Aboriginals overall averaged higher on E, R, A, I, and C than Anglocelts. Ninth‐grade males averaged significantly higher on E, Imp, and Vent, and lower on L. The only significant difference for ninth‐graders was that Aboriginals averaged higher on L. These results indicate cultural influences bearing upon contact, and support previous informal judgements that Aboriginal children tend to be more reserved in response to formal situations than Anglocelts. Implications are inferred for educational policy.

Cette étude complète d'autres études comparatives sur les connaissances; cette étude‐ci compare un certain nombre de traits de personnalité et de comportement d'enfants australiens angloceltiques et aborigènes. Les échelles de personnalité sont l'extraversion (E), le névrotisme (N), le psychotisme (P), le mensonge (L), l'impulsivité (Imp), l'intrépidité (Vent) et l'empathie (Emp); les échelles de comportement sont associer (R), affirmer (A), investir (I) et adaptation (C). Les échelles ont été administrées à 113 élèves du 6e degré et 42 élèves du 9e degré. Les professeurs ont complété une échelle de degré du comportement pour chaque enfant. Trente‐trois élèves du 6e degré et 16 du 9e degré étaient aborigènes. Les garçons du 6e degré avaient obtenu des moyennes plus élevées pour P et Vent, tandis que les filles du 6e degré obtenaient des moyennes plus élevées pour L, Emp, R, I et C. Les élèves aborigènes du 6e degré avaient des moyennes plus élevées pour P, tandis que l'ensemble des aborigènes obtenaient des moyennes plus élevées pour E, R, A, I et C que les angloceltiques. Les garçons du 9e degré obtenaient des moyennes significativement plus élevées pour E, Imp et Vent et plus basses pour L. La seule différence significative pour les élèves du 9e degré était que les aborigènes avaient des moyennes plus élevées pour L. Ces résultats montrent des influences culturelles confirmant que les enfants aborigènes ont tendance à se montrer plus réservés dans leur réponse à des situations formelles que les angloceltiques. Des implications en sont déduites pour une politique d'éducation.

© 1986 International Union of Psychological Science