WHEN THE HELP IS DENIED: A STUDY OF ATTRIBUTION‐LINKED AFFECTIVE REACTIONS

Authors:
Ajit K. Dalal, Manjula Tripathi
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207598708246764
Pages:
1–15
Volume/Issue No:
Volume 22 Issue 1

Additional Options

Two experiments were conducted to examine attribution‐affect linkages in situations where help is denied. In experiment 1, two helping scenarios, in social and in academic context, were presented. The causal explanations given for not helping were manipulated to see their effect on affective reactions of the person who was denied help. These explanations covered all eight combinations of locus (internal‐external), controllability (controllable‐uncontrollable), and stability (stable‐unstable) dimensions. For each explanation, undergraduate students of Allahabad University (N = 75) predicted affective reactions, assuming themselves to be the person denied help. Findings confirmed that attribution‐affect linkages were stable and systematic. Furthermore, controllability dimension accounted for most of the linkages. Experiment 2 (N = 45) tested the reversibility of the attribution‐affect linkages. In that, affective reactions were manipulated and subjects inferred the communicated explanations for not helping. The linkages reversible and consistent across two contexts were: sympathy‐uncontrollable, anger‐controllable, dislike‐controllable/ stable. Other emotions had either context‐specific linkages, or were attribution‐independent.

Deux expériences ont été menées afin d'examiner les liens entre attribution et affection dans des situations où toute aide est refusée. Dans la première expérience, deux scénarios ont été présentés, l'un dans un contexte social, l'autre académique. Les explications données afin d'expliquer le manque d'aide ont été manipulées afin de voir leur effet sur les réactions affectives de la personne à laquelle l'aide a été refusée. Ces explications couvraient l'ensemble des 8 combinaisons de locus (interne‐externe), posibilité de contrôle (contrôlable‐incontrôlable) et dimensions de stabilité (stable‐instable). Pour chacune des explications, les étudiants de niveau inférieur de l'Université d'Allahabad prévoyaient des réactions affectives, supposant qu'ils étaient eux‐měmes la personne à laquelle l'aide avait été refusée. Les découvertes confirment que les liens entre attribution et affection étaient stables et systématiques. Davantage, la dimension de contrôle était la plus importante pour ces liens. La deuxième expérience testait la réversibilité des liens entre attribution et affection. Les réactions affectives ont été manipulées et les sujets ont interprété les explications données au refus d'aide. Les liens réversibles et consistants dans les deux contextes étaient: sympathie‐incontrôlable, colère‐contrôlable, désapprobation‐contrôlable/stable. D'autres émotions soit avaient des liens spécifiques au contexte, soit étaient indépendantes de l'attribution.

© 1987 International Union of Psychological Science