GENERALIZATIONS ABOUT GENERALIZATION: HOW A THEORY OF SKILL DEVELOPMENT EXPLAINS BOTH GENERALITY AND SPECIFICITY

Authors:
Kurt W. Fischer, Michael Jeffrey Farrar
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207598708246798
Pages:
643–677
Volume/Issue No:
Volume 22 Issue 5-6

Additional Options

Within a skill‐theory framework, the traditional opposition between generalization and specificity is resolved. Neither generalization nor specificity is considered the normal state. Instead, they are both phenomena that can be predicted and explained in terms of skill structures and functional mechanisms of development or learning. A person acquires a skill in a specific context and must work to gradually extend it to other contexts. Within a task domain and across related domains, a set of structural transformations predict the order of generalization of the skill. Range of generalization of a given skill at a point in time varies widely across people and situations as a function of specified functional mechanisms. Generalization is maximized when (a) tasks are similar and familiar, (b) the environment provides opportunities for practice and support, (c) the person has had time to consolidate skills at the relevant developmental level, and (d) he or she is intelligent and in an emotional state facilitative of the particular skill. True generalization must be distinguished from optimal‐level synchrony, where new capacities emerge across domains as a new developmental level emerges.

A l'intérieur d'un cadre de théorie d'habileté, l'opposition traditionnelle entre généralisation et spécificité est analysée. Ni la généralisation ni la spécificité ne sont considérées comme un état normal. Ils sont tous deux des phénomènes qu'on peut prévoir et expliquer en termes de structures d'habileté et mécanismes fonctionnels de développement ou de l'apprentissage. Une personne acquiert une habileté dans un contexte spécifique et doit s'attacher à l'étendre graduellement à d'autres contextes. A l'intérieur du domaine de la tâche et à travers les domaines semblables, un ensemble de transformations structurelles prévoit l'ordre de généralisation de l'habileté. L'étendue de la généralisation d'une habileté donnée à un moment donné varie largement selon les personnes et les situations, en fonction de mécanismes fonctionnels spécifiques. La généralisation est maximum lorsque: (a) les tâches sont similaires et familières, (b) l'environnement donne l'occasion de s'excercer et d'aider, (c) la personne a eu le temps de consolider les habiletés pour atteindre un niveau de développement correspondant, et (d) lui ou elle est intelligent et dans un état émotionnel favorable à l'habileté particulière. La vraie généralisation doit être distinguée de la synchronie du niveau optimal où de nouvelles capacités émergent à travers les domaines alors qu'émerge un nouveau niveau développemental.

© 1987 International Union of Psychological Science