RELIABILITY AND FACTORIAL VALIDITY OF THE JUNIOR EYSENCK PERSONALITY QUESTIONNAIRE IN ZIMBABWE

Authors:
David Wilson, Alastair Mundy‐Castle, Ruth Greenspan
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207598808247790
Pages:
637–646
Volume/Issue No:
Volume 23 Issue 1-6

Additional Options

Six‐hundred and thirteen girls and 601 boys in Zimbabwe completed the Junior Eysenck Personality Questionnaire (JEPQ). The reliability of the Neuroticism (N) and Social Desirability (L) factors was acceptable but the Psychoticism (P) and Extraversion (E) factors possessed modest reliability. While the factorial validity of the P, N and L scales was acceptable, the factorial validity of the E scale was poor. L scores were significantly correlated with N and P scores among girls and boys. Whereas Zimbabwean girls reported higher P scores than did Canadian girls, Zimbabwean boys reported lower P scores than did Canadian boys. Zimbabwean girls and boys reported lower E and N and higher P scores than their Canadian counterparts. This study provides broad support for Eysenck's basic personality model, but it does not support the use of this version of the JEPQ, and especially the E scale, among Zimbabwean children.

Le ‘Junior Eysenck Personality Questionnaire’ (JEPQ) a été administré au Zimbabwe à un échantillon de 613 filles et de 601 garçons. La fidélité des facteurs de Névrotisme (N) et de Désirabilité sociale (L) était d'un niveau acceptable, tandis que les facteurs de Psychotisme (P) et d'Extraversion (E) présentaient des scores de fidélité plus faibles. Alors que la validité factorielle des échelles P, N et L était d'un niveau acceptable, celle de l'échelle E était plutôt faible. Les scores L étaient correles significativement avec les scores N et P chez les filles et les garçons. Alors que les filles du Zimbabwe obtiennent des scores P plus élevés qu'un groupe de filles canadiennes, les garçons du Zimbabwe obtiennent des scores P plus faibles que ceux obtenus par des garçons canadiens. Les scores E et N des garçons et filles du Zimbabwe étaient plus faibles que ceux de l'échantillon canadien de comparaison, alors que les scores P étaient plus élevés. Les résultats de cette étude permettent d'appuyer globalement le modèle d'Eysenck sur la personalité de base, mais ils ne militent pas en faveur de l'utilisation de la présente version du JEPQ, et plus particulièrement de l'échelle E, auprès des enfants du Zimbabwe.

© 1988 International Union of Psychological Science