HISTORICAL‐POLITICAL AND INDIVIDUALISTIC DETERMINANTS OF COPING MODES AND FEARS AMONG PALESTINIAN CHILDREN

Authors:
Raija‐Leena Punamäki
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207598808247796
Pages:
721–739
Volume/Issue No:
Volume 23 Issue 1-6

Additional Options

In order to investigate the effects of age and sex, exposure to political hardships and the historical‐political situation on children's coping modes and fears, 8–14‐year‐old Palestinian children were studied. A group of 66 children living in the Israeli‐occupied West Bank were studied in 1982, before the Lebanon war. The second group of 42 West Bank children was investigated in autumn 1985. The third group consisted of 31 Palestinian children living in the Beirut refugee camps, who were studied in spring 1984. Based on children's responses the coping modes were assessed on the intentional (passive‐active), cognitive (defensive‐purposeful), and emotional (helpless‐courageous) levels. The historical‐political situation was indicated by the period of testing as regards the West Bank groups, and the place of residence (West Bank groups versus the Beirut group). The results indicate that both individualistic and historical‐political factors influence the way children cope with stress. The West Bank group tested in 1985 frequently employed more active responses, but showed more helplessness than the West Bank group tested in 1982. The Beirut group used more passive and helpless modes of coping than the West Bank groups. Exposure to political hardships increased the level of active and courageous coping in the West Bank group tested in 1982, whereas in the West Bank group tested in 1985 exposure to political hardships decreased active and courageous coping. In all groups, older children employed more active, purposeful and courageous coping modes. Furthermore, boys employed more purposeful coping modes than girls. The level of fears was determined by the sex rather than by the political‐historical situation, girls expressing more fears than boys. The results are discussed in the context of political developments.

Dans le but d'étudier les effets de l'âge et du sexe, de l'exposition personnelle aux épreuves politiques et de la situation historico‐politique sur les modes d'adaptation et les peurs des enfants, des enfants palestiniens âges de 8 à 14 ans ont fait l'objet d'une recherche. Un groupe de 66 enfants vivant en Cisjordanie occupée par les Israéliens, ont été étudiés en 1982, avant la guerre du Liban. Le second groupe de 42 enfants de Cisjordanie ont été étudiés durant l'automne 1985. Le troisième groupe était constitué de 31 enfants palestiniens vivant dans les camps de réfugiés de Beirouth, qui ont été étudiés durant le printemps 1984. Basés sur les réponses des enfants, les modes d'adaptation ont été évalués par rapport i des niveaux intentionnel (passif‐actif), cognitif (défensif‐délibéré) et émotionnel (désespéré‐provocant). La situation historico‐politique était indiquée par la période de test en ce qui concerne les groupes de Cisjordanie, et le lieu de résidence (groupes de Cisjordanie vs. groupe de Beirouth). Les résultats indiquent que les deux types de facteurs, aussi bien individualistes qu'historico‐politiques jouent un rôle dans la manière dont les enfants surmontent le stress. Le groupe de Cisjordanie, évalué en 1985, employait des réponses plus actives, mais se montrait plus désespéré que le groupe de Cisjordanie évalué en 1982. Le groupe de Beirouth utilisait des modes d'adaptation plus passifs et désespérés que les groupes de Cisjordanie. L'exposition aux épreuves politiques augmentait le niveau des modes d'adaptation provocants dans le groupe de Cisjordanie évalué en 1982, alors que dans le groupe de Cisjordanie évalué en 1985, l'exposition aux épreuves politiques abaissait le niveau d'adaptation provocante. Dans tous les groupes, les enfants plus âgés employaient des modes d'adaptation plus actifs, plus délibérés et plus provocants. Par ailleurs, les garçons employaient des modes d'adaptation plus délibérés que les filles. Le niveau des peurs était déterminé par le sexe plutôt que par la situation politique, les filles montrant davantage de peur que les garçons.

© 1988 International Union of Psychological Science