CROSS‐CULTURAL DIFFERENCES: INDIVIDUAL‐LEVEL VS. CULTURE‐LEVEL ANALYSIS

Authors:
Kwok Leung
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207598908247840
Pages:
703–719
Volume/Issue No:
Volume 24 Issue 6

Additional Options

Two approaches to the interpretation of and theorizing about cross‐cultural differences are identified. In the individual‐level approach, cultural differences are assumed to be consistent with individual differences within each of the cultures included in the cross‐cultural comparison. The use of antecedent variables to eliminate alternative explanations based on biases is reviewed and some problems noted. It is suggested that explicit theories be used to guide the selection of antecedent variables to minimize the impact of cultural biases. In the second approach, the culture‐level approach, culture is the unit of analysis and there is no assumption regarding the correspondence between culture‐ and individual‐level relationships. Two examples are given to illustrate the potential usefulness of this approach to developing concepts and theories that are very different from those derived from the individual‐level approach. The problems of bias in this level of analysis are also discussed. Finally, it is argued that in cross‐cultural psychology the individual‐level approach dominates, but we should pay more attention to culture‐level research. This approach may lead to the development of concepts and theories that are not likely to be produced by mono‐cultural works.

Deux courants d'interprétation et de théorisation concernant les différences inter‐culturelles sont identifiés. Dans le courant du niveau individuel, l'on assume que les différences culturelles sont consistantes avec les différences individuelles à l'intérieur de chacune des cultures pour lesquelles est effectuée une comparaison inter‐culturelle. L'utilisation de variables antécédentes pour éliminer des explications alternatives basées sur des biais est analysée et quelques problèmes sont notés. Il est suggéré d'utiliser des théories explicites pour guider la sélection des variables antécédentes afin de minimiser l'impact des biais culturels. Dans le second courant, i.e. le courant du niveau culturel, la culture est l'unité d'analyse et on ne fait pas d'hypothèses concernant la correspondance entre les relations de niveau individuel ou culturel. Deux exemples sont fournis pour illustrer l'utilité potentielle de ce courant pour le développement de concepts et de théories qui sont très différents de ceux issus du courant du niveau individuel. Les problèmes de biais associés à ce niveau d'analyse sont aussi discutés. Finalement, il est soumis qu'en psychologie inter‐culturelle, le courant de niveau individuel est dominant, mais que nous devrions porter plus d'attention à la recherche de niveau culturel. Ce courant peut mener au développement de théories et de concepts qui ne pourraient probablement pas découler d'études effectuées dans une seule culture.

© 1989 International Union of Psychological Science