A CROSS‐CULTURAL VALIDATION OF THE PERSONALITY RESEARCH FORM IN ZIMBABWE

Authors:
David Wilson, Ajit Doolabh, Julian Cooney, Mujahid Khalpey, Shazia Siddiqui
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599008246810
Pages:
1–12
Volume/Issue No:
Volume 25 Issue 1

Additional Options

The cross‐cultural validity of the Personality Research Form was investigated among 156 Zimbabwean students. Scale reliabilities ranged from 0.47 to 0.86 (mean = 0.68). Many trait‐description and adjective self‐rating validity coefficients were moderate. Zimbabwean respondents obtained elevated scores on the Infrequency scale — a scale designed to detect invalid responding — of the Personality Research Form. Trait‐description and adjective self‐rating validity coefficients rose slightly when the analysis was confined to participants with low Infrequency scores (i.e. valid responses). Peer‐rating validity coefficients were low and changed little when validities were calculated separately for individuals with low and high Infrequency scores. Correlations of content scales with social desirability were generally comparable to those reported among North American students. It is concluded that further research on the Personality Research Form in Zimbabwe should (a) include more detailed administrative instructions to improve understanding and motivation, and (b) use further peer‐rating and other validity criteria.

La validité inter‐culturelle du ‘Personality Research Form’ a été étudiée chez 156 étudiants du Zimbabwe. Les scores de fidélité des échelles allaient de 0.47 à 0.86 (moyenne: 0.68). Plusieurs des coefficients de validité associés à la description du trait et à l'auto‐évaluation par des adjectifs étaient modérés. Les sujets zimbabwéens ont obtenu des scores élevés à l'échelle d'infréquence — une échelle construite pour déceler les réponses invalides — du ‘Personality Research Form’. Les coefficients de validité associés à la description du trait et à l'auto‐évaluation par des adjectifs ont augmenté légèrement lorsque l'analyse des données n'incluait que les participants possédant des scores faibles d'infréquence (i.e. des réponses valides). Les coefficients de validité de l'évaluation par des pairs étaient faibles et changeaient peu lorsque les validités étaient calculées séparément pour des individus possédant des scores faibles ou élevés d'infréquence. Les corrélations des échelles de contenu avec la désirabilité sociale étaient habituellement comparables à celles qui sont rapportées pour les étudiants nord‐américains. Il est conclu que les recherches ultérieures effectuées au Zimbabwe avec le ‘Personality Research Form’ devront (1) inclure des directives plus précises destinées à améliorer la compréhension et la motivation lors de l'administration de l'épreuve, et (2) utiliser davantage l'évaluation par les pairs, ainsi que d'autres critères de validité.

© 1990 International Union of Psychological Science