THE EFFECTS OF POLITICAL VIOLENCE ON CHILDREN: A CONSIDERATION OF SOUTH AFRICAN AND RELATED STUDIES

Authors:
Andrew Dawes
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599008246811
Pages:
13–31
Volume/Issue No:
Volume 25 Issue 1

Additional Options

This paper considers two propositions which have recently been advanced in debates in South Africa and elsewhere. The first is that children exposed to political violence will necessarily be emotionally damaged by the experience. The second is that exposed children will be socialised to endorse violence as a dominant mode of conflict resolution. Both these propositions are contested by referring to research conducted in South Africa and abroad. It is argued that attempts to understand the psychological sequellae of exposure to political violence need to take into account a number of interlinked factors. These include the type of political violence experienced, the child's developmental level and the availability of supports in the family and community. The evidence suggests that there is no simple relationship between exposure to violence and psychological disturbance or endorsement of violent conduct by children.

Cette étude examine deux hypothèses qui ont récemment été formulées lors de débats tenus en Afrique du Sud et ailleurs. La première est que les enfants exposés à la violence politique subiront nécessairement des séquelles émotives de cette expérience. La seconde est que les enfants pareillement exposés apprendront socialement à approuver la violence comme mode principal de résolution de conflits. La validité de ces deux hypothèses est contestée en faisant référence à des études menées en Afrique du Sud et ailleurs. Il est démontré que toute tentative pour mieux comprendre les séquelles psychologiques d'une exposition à la violence politique doit prendre en compte un certain nombre de facteurs reliés. Au nombre de ceux‐ci, il faut inclure le type de violence politique vécue, le niveau de développement de l'enfant et la disponibilité d'un support dans la famille et la communauté. Les données disponibles suggèrent qu'il n'existe pas de relation simple entre l'exposition à la violence et la perturbation psychologique ou l'approbation de la conduite violente par les enfants.

© 1990 International Union of Psychological Science