ATTITUDES AND BEHAVIOR TOWARD HUMAN RIGHTS ACROSS DIFFERENT CONTEXTS: THE ROLE OF RIGHT‐WING AUTHORITARIANISM, POLITICAL IDEOLOGY, AND RELIGIOSITY

Authors:
Fathali M. Moghaddam, Vuk Vuksanovic
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599008247877
Pages:
455–474
Volume/Issue No:
Volume 25 Issue 2

Additional Options

Three studies were carried out to examine attitudes and behavior toward human rights. ‘Universal’ human rights implies that there should be cross‐situational consistency in attitudes and behavior toward human rights. An alternative interpretation is that attitudes and behavior toward human rights may shift across contexts, as a function of ideology. We reasoned that Canadian subjects would be more critical of the human rights records of Soviet and the Third World societies, and thus show stronger support for human rights in these than in Canadian society. Hypothesis two predicted that right‐wing political ideology and support for human rights would be negatively correlated in contexts Canada and Third World, but not in the Soviet context; hypothesis three predicted the same pattern of associations between religiosity and support for human rights. Hypothesis four predicted that authoritarians, because of their fundamental opposition to individual liberties, would oppose human rights in all contexts. Study 1 involved 155 students expressing attitudes toward a range of human rights issues. Study 2 involved 74 Pro‐Life supporters expressing attitudes on human rights, as well as on abortion. Study 3 involved a behavioral measure of support for human rights among 450 students. The findings generally supported hypotheses one and four, and provided some support for hypotheses two and three. The results seem to provide further evidence of an association between ideology and moral reasoning.

Trois études ont été effectuées dans le but d'examiner les attitudes et les comportements envers les droits de la personne. Le terme ‘droits universels’ sous‐entend une constance dans les attitudes et les comportements envers ces droits, dans différentes situations. Une interprétation alternative serait de voir un changement d'attitudes, dans différents contextes, en fonction d'une idéologie. Notre première hypothèse prédisait que les sujets canadiens seraient plus critiques du dossier des droits de la personne dans la société soviétique et dans le Tiers‐Monde et démontreraient un plus grand support pour les droits de la personne dans ces sociétés et ceci, davantage que pour le Canada. La deuxième hypothèse prédisait une corrélation négative entre l'idéologie conservatrice et l'appui pour les droits de la personne, dans les sociétés canadiennes et dans le Tiers‐Monde, mais non dans la société soviétique; la troisième hypothèse prédisait une même relation entre la religiosité et l'appui pour les droits de la personne. La quatrième hypothèse prédisait que les personnes autoritaires, à cause de leur opposition fondamentale aux libertés individuelles, seraient opposées à ces droits dans tous les contextes. La première étude impliquait 155 étudiants exprimant leurs attitudes envers une multitude de sujets reliés aux droits de la personne. La deuxième étude impliquait 74 partisans de la position ‘Pro‐Vie’, exprimant leurs attitudes par rapport aux droits de la personne et à l'avortement La troisième étude impliquait une mesure comportementale de l'appui pour les droits de la personne parmi 450 étudiants. Les résultats appuient, en général, la première et la quatrième hypothèse, et confirment partiellement la deuxième et la troisième hypothèse. Ces résultats semblent appuyer davantage l'association entre l'idéologie et le raisonnement moral.

© 1990 International Union of Psychological Science