INTERPLAY OF VALUES IN THE FUNCTIONING OF INDIAN ORGANIZATIONS

Authors:
R.C. Tripathi
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599008247923
Pages:
715–734
Volume/Issue No:
Volume 25 Issue 3-6

Additional Options

Indian work organizations display a mixed set of values, characteristic of both western and non‐western societies. A belief in Detachment is found to coexist with Materialistic Orientation, Collectivism with Individualism and Humanism with Power Orientation. To substantiate this, results from two studies on member integration, carried out in four public sector organizations (Prakash 1982) and a multinational organization (Katju 1986) are discussed. Personal values and organizational values in the two types of organizations were analysed. Factor analysis of these values in public sector organizations yielded factors based on indigenous as well as universal values. The value clusters in the case of the multinational organization were largely based on universal values. Member integration in the public sector organizations was found associated with certain background variables, such as the level of professional education, the family's exposure to work organizations, prior work experience, etc. Nurturance of subordinates by supervisors, organizational expectation of universalism and peer leadership enhanced member integration. In the multinational organization, the length of service and the level of professional education, among the background variables, and participation in decision making, support from the boss, team‐work and control, among the organizational variables, were associated with member integration. It is argued that indigenous values, such as familism, need to be synthesized with the values of industrial democracy to make Indian organizations more effective.

Les milieux de travail Indiens présentent un ensemble diversifié de valeurs, qui caractérisent à la fois les sociétés occidentales et non‐occidentales. La croyance dans le ‘détachement’ en arrive à coexister avec ‘l'orientation matérialiste’, le ‘collectivisme’ avec ‘l'individualisme’ et ‘l'humanisme’ avec ‘l'orientation de pouvoir’. Pour appuyer ceci, les résultats de deux études sur l'intégration des membres, menées dans quatre organismes du secteur public (Prakash 1982) et dans un organisme multinational (Katju 1986), sont discutés. Les valeurs personnelles et les valeurs organisationnelles des deux types d'organisme sont analysées. L'analyse factorielle de ces valeurs dans les organismes du secteur public a permis de dégager des facteurs basés sur des valeurs indigènes autant qu'universelles. Les regroupements de valeurs dans le cas de l'organisme multinational étaient largement fondés sur des valeurs universelles. L'intégration des membres dans les organismes du secteur public était associée avec certaines variables de fond, tels le niveau de formation professionnel, le degré d'exposition de la famille à différents milieux de travail, l'expérience préalable, etc … Le fait par les superviseurs de répondre aux besoins de leurs subordonnés, l'attente organisationnelle d'universalisme et le leadership exercé auprès de ses pairs augmentaient l'intégration des membres. Dans l'organisme multinational, la durée des services rendus et le niveau de formation professionnelle, parmi les variables de fond, ainsi que le participation dans la prise de décision, l'appui du patron, le travail en équipe et le contrôle, parmi les variables organisationnelles, étaient associés à une meilleure intégration des membres. Il est soumis que les valeurs indigènes, comme la vie de famille, doivent ětre combinées avec les valeurs des démocraties industrielles pour rendre les organismes Indiens plus efficaces.

© 1990 International Union of Psychological Science