The Development of Spatial Location in Finnish

Authors:
Richard M. Weist, Paula Lyytinen
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599108246858
Pages:
345–356
Volume/Issue No:
Volume 26 Issue 3

Additional Options

The purpose of this research was to study the shift from mono‐ to bi‐referential spatial location in the language of Finnish children. Monoreferential location is based on the intrinsic properties of a referent object and the proximity relationship, and bireferential location requires coordinated spatial relationships involving referent objects and a projective relationship. Locative expressions which are monoreferential include: in/on/under and intrinsic front/back, and those which are bireferential include deictic front/back and between. A pictorial representation of locative relationships with a sentence‐picture matching task was used to present the mono‐ vs bi‐referential contrast, with the latter being either static or dynamic (i.e. concerning motion to goal). At 2;6, Finnish children could solve monoreferential location problems but not bireferential ones, and by 4;6, they solved both. This linguistic outcome was related to phases in conceptual development.

Le but de cette recherche était d'étudier le changement d'une localisation spatiale mono‐référente à une localisation bi‐référente dans le finlandais des enfants. La localisation mono‐référente est basée sur les propriétés intrinsèques de l'objet référent et sur la proximité du rapport, alors que la localisation bi‐référente exige des rapports spatiaux coordonnés en ce qui concerne deux ou plusieurs objets référents à un rapport projectif. Les expressions de localisation qui sont mono‐référentes comprennent dans/sur/sous et l'intrinsèque devant/derrière et ceux qui sont bi‐référentes comprennent le deictique devant/derrière et entre. Une représentation illustrée des rapports de localisation utilisant une tâche de comparaison phrase‐illustration a été utilisée pour présenter les contrastes bi‐référents et mono‐référents, les problèmes bi‐référents étant statiques ou dynamiques (c'est‐à‐dire concernant le mouvement vers un but). A 2;6, les enfants finlandais pouvaient résoudre les problèmes de localisation mono‐référents mais pas les bi‐référents, et à 4;6, ils résolvaient les deux. Ce résultat linguistique a été relié aux phases du développement conceptuel.

© 1991 International Union of Psychological Science