Psychological Adaptation of Chinese Sojourners in Canada

Authors:
X. Zheng, J.W. Berry
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599108247134
Pages:
451–470
Volume/Issue No:
Volume 26 Issue 4

Additional Options

Psychological adaptation during acculturation was studied among 68 Chinese sojourners (students and visiting scholars from China and Hong Kong), 28 Chinese immigrant and Chinese‐Canadian students, 30 Chinese students and scholars in China, and 33 non‐Chinese Canadian students. Each participant completed questionnaires pertaining to various aspects of their lives and personalities, including: health beliefs and behaviours; problems and ways of coping; social contact and acculturation attitudes; psychological and physical health; and subjective adaptation. The Chinese sojourners reported lower English fluency, lower ease of making friendships, more adaptation and communication problems, and lower subjective adaptation than non‐Chinese Canadian, or Chinese‐Canadian students. The Chinese sojourners experienced less desired and actual contact, more contact incongruity, more separation and less assimilation than Chinese‐Canadian students. The Chinese sojourners reacted to their problems with less wishful thinking and self‐blame, and more tension reduction, and the seeking of informational support than non‐Chinese Canadian students. There were significant differences between groups in health concept and health causation, and believed and utilized health ways. Health causation, and believed and utilised health ways were the most important factors influencing the Chinese sojourners' health status. The Chinese sojourners experienced more problems, but tended to use fewer health ways after‐arrival than pre‐departure. The Chinese also experienced poorer health, especially poorer psychological health after‐arrival than pre‐departure. The longitudinal and cross‐sectional analysis of the Chinese sojourners' Cawte scores supported the U‐curve hypothesis.

Soixante‐huit Chinois résidents au Canada (étudiants ou enseignants‐visiteurs provenant de Chine ou de Hong Kong), vingt‐huit immigrants chinois et/ou étudiants sino‐canadiens, trente universitaires (étudiants ou enseignants) chinois en Chine et trente‐trois étudiants canadiens (non‐chinois) ont participé à cette recherche. Ils ont rempli des questionnaires portant sur différents aspects de leur vie et de leur personnalité dont les croyances et les conduites relatives à la santé, les problèmes rencontrés et les conduites d'adaptation, les contacts sociaux et les attitudes d'acculturation, la santé physique et psychologique et l'adaptation subjective. En comparaison des étudiants sino‐canadiens et canadiens (non‐chinois), les résidents chinois rapportent une moins bonne maîtrise de l'anglais, une moindre aisance à se faire des amis, plus de problèmes d'adaptation et de communication ainsi qu'une moins bonne adaptation subjective. Ils ont moins de contacts désirés et effectifs avec plus d'incongruité au cours de ceux‐ci que les étudiants sino‐canadiens, ils expriment également des attitudes de séparation plus marquées et des attitudes d'assimilation moindres que ces derniers. Les résidents chinois réagissent à leurs problèmes avec moins de pensée volontaire et d'auto‐accusation que les étudiants canadiens non‐chinois et manifestent plus de tentatives pour diminuer leurs tensions et rechercher du support informatif. Par ailleurs, on observe des différences intergroupes au niveau des conceptions et des conduites reliées à la santé. Les représentations des causes de la santé, ainsi que les conduites agies et représentées s'avèrent les facteurs les plus déterminants de l'état de santé des résidents chinois et des étudiants sino‐canadiens. Les résidents chinois éprouvent plus de problèmes mais utiliseraient juste après leur arrivée plutôt moins de conduites de santé qu'avant leur départ. Les Chinois ont, à leur arrivée, une moins bonne santé notamment sur le plan psychologique qu'avant leur départ. Les analyses longitudinales et croisées des scores de Cawte des résidents chinois appuient l'hypothèse de la courbe en U.

© 1991 International Union of Psychological Science