Lexical Decisions in Persian: A Test of the Orthographic Depth Hypothesis

Authors:
Bahman Baluch
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599308246915
Pages:
19–29
Volume/Issue No:
Volume 28 Issue 1

Additional Options

The orthographic depth hypothesis holds that words in scripts whose spelling—sound correspondences are entirely consistent (transparent) are recognized by computing a phonological code prior to lexical access. In contrast, the universal hypothesis holds that words in all scripts are recognized by utilizing visual orthographic information to access the mental lexicon. The present experiment examines the issue of whether orthographic—phonological transparency of Persian words affect the decision in a lexical decision task, because the orthographic depth and the universal hypothesis make different predictions. Persian script enables contrast of words reflecting extremes of orthographic opaqueness and transparency. This is because, the spelling—sound correspondences in written Persian are always consistent, but only some of the words include vowels as a fixed part of their spelling, (transparent words), whereas for other words the vowels are typically not specified (opaque words). The result of the lexical decision task found that for higher frequency words the Reaction Times (RTs), were as fast for both opaque and transparent words, although RTs to lower frequency transparent words were faster than matched opaque words. These data offer support for the universal hypothesis, and are inconsistent with the orthographic depth hypothesis.

L'hypothèse de la profondeur orthographique soutient que des mots dont l'écriture possède une correspondance son‐épellation entièrement consistante (transparente) sont reconnus en calculant un code phonologique avant l'accès lexique. Par contraste, l'hypothèse universelle soutient que les mots dans toutes les écritures sont reconnus en utilisant l'information orthographique visuelle pour accéder au lexique mental. La présente recherche a pour but d'examiner la question de savoir si la transparence orthographique‐phonologique des mots Perses affecte la décision dans une tâche de décision lexique, parce que la profondeur orthographique et l'hypothèse universelle font des prédictions différentes. L'écriture Perse permet de contraster les mots qui reflètent les extrêmes de la transparence et de l'opacité orthographique. La raison de ceci étant que les correspondences son‐épellation dans l'écriture Perse sont toujours consistantes, mais que seulement certains mots incluent des voyelles dans la partie permanente de leur épellation (mots transparents), alors que pour d'autres mots les voyelles ne sont pas typiquement spécifiées (mots opaques). Les résultats de la tâche de décision lexique dénotent que pour les mots à haute fréquence, les temps de réaction sont aussi rapides pour les mots transparents et opaques, bien que les temps de réaction pour les mots transparents à fréquence peu élevée soient plus rapides que ceux des mots opaques équivalents. Ces données appuient l'hypothèse universelle et sont inconsistants avec l'hypothèse de la profondeur orthographique.

© 1993 International Union of Psychological Science