Development of Component Skills in Reading Chinese

Authors:
May Jane Chen, Lei Lei Lau, Yiu Fai Yung
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599308246933
Pages:
481–507
Volume/Issue No:
Volume 28 Issue 4

Additional Options

Development of three component skills in reading Chinese was examined in primary school children in Hong Kong. Feature analysis skills, syntax knowledge, and semantic analysis skills were found to differ in their contribution to reading proficiency at different grades. Visual processing skill was not at all a good predictor for reading proficiency, but the phonological access skill was important in predicting children's reading proficiency before grade three. It was an ineffective predictor beyond grade three. Skill in semantic analysis, on the other hand, was insignificant as a predictor at younger grades but it became an important predictor after grade two. Syntax knowledge was an important predictor of reading proficiency in the first grade and remained a significant predictor of reading proficiency right up to grade six. The present data support the idea that some preliminary component processes of reading may become automatic with increasing experience in reading and that this automatization of component processes will leave more resource capacity for higher‐order analyses. Chinese reading shares much in common with English reading in terms of the component processes involved at different stages of reading proficiency.

Nous avons examiné le développement de trois sous‐techniques dans la lecture du chinois chez des écoliers du primaire à Hong Kong. Nous avons ainsi remarqué que la capacité d'analyse des traits pertinents, la connaissance de la syntaxe et la compétence en analyse sémantique contribuaient de façon différente à l'acquisition d'une compétence en lecture à des niveaux d'âge différents. L'habileté de déchiffrage visuel n'est pas apparue comme un prédicteur satisfaisant en ce qui concerne la compétence de lecture, mais en revanche la capacité de discrimination phonologique s'est révélée importante pour prédire la compétence de lecture des enfants avant le CE2 (grade 3). Toutefois elle s'est montrée inefficace dans la prédiction au‐delà du CE2. En revanche, la compétence en analyse sémantique, sans importance pour la prédiction chez les plus petits, s'est révélée un facteur important après le CE1 (grade 2). La connaissance de la syntaxe, facteur important dans la détermination des capacités de lecture au niveau du CP (grade 1), reste un prédicteur significatif de la compétence en lecture jusqu'au niveau de la classe de sixième (grade 6). Ces données renforcent l'idée que certaines techniques préliminaires secondaires de lecture peuvent devenir automatiques au fur et à mesure que croît l'expérience des jeunes lecteurs, et que cette automatisation des sous‐techniques permet donc à l'enfant d'utiliser son énergie et son attention pour des tâches analytiques de plus haut niveau. La lecture du chinois possède beaucoup en commun avec celle de l'anglais sur le plan des techniques secondaires mises en oeuvre aux différents niveaux de la compétence de lecture.

© 1993 International Union of Psychological Science