Gestion socio‐cognitive du recours à l'aide d'autrui chez l'enfant

Authors:
F. Winnykamen
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599308246949
Pages:
645–659
Volume/Issue No:
Volume 28 Issue 5

Additional Options

L'article propose une analyse des activités méta‐cognitives qui permettent l'auto‐régulation par l'enfant des composantes de la décision du recours à l'aide instrumentale d'autrui pour la résolution d'un problème. Il présente deux expériences permettant l'étude des arguments déployés pour obtenir l'aide d'une personne choisie comme aideur potentiel. Lors de la première expérience 30 G et 30 F (âge moyen 9;0) participent individuellement à un “jeu de rôle” au cours duquel ils doivent convaincre un aideur potentiel de leur choix, de leur apporter l'aide dont ils ont besoin pour résoudre un problème cognitif, relationnel, ou matériel. Le rôle de l'aideur est tenu par l'expérimentateur. Celui‐ci formule 6 objections: (1) manque de motivation; (2) dérangement; (3) compétence insuffisante; (4) rétorsion pour manquements passés; (5) appel à l'autonomie du sujet; (6) contestation de la pertinence du choix de l'aideur. Les arguments développés par les sujets sont enregistrés, puis codés selon les catégories suivantes: (1) centrés sur soi; (2) centrés sur l'autre; (3) centrés sur la relation aideur/demandeur; (4) centration extérieure; (5) insistance sur la demande; (6) acceptation du refus de l'aideur. Lors d'une deuxième expérience 19 G et 19 F (âge moyen 6;8) doivent convaincre un aideur potentiel de les aider à résoudre un problème cognitif. Le paradigme expérimental est le même. Les résultats, pour les trois types de problème, et pour les deux âges, manifestent des patterns de même type. Cependant les enfants les plus jeunes produisent moins d'arguments. La négation directe de l'objection, qui n'apparaît jamais à 9 ans est relativement fréquente à 6 ans. L'acceptation du refus de l'aideur est plus fréquente à 6 ans qu'à 9 ans, principalement lorsque l'aideur choisi est un adulte. Les résultats sont discutés en termes d'ajustement des arguments des enfants aux objections des aideurs, et proposent une analyse différentielle en fonction des types d'aideurs choisis.

This article presents an analysis of metacognitive activities which enable the child to self‐regulate aspects of the decision to have recourse to instrumental help from others to solve a problem. It describes two experiments designed to investigate the arguments used to obtain the help of a person chosen to be a potential helper. In the first experiment, 30 boys and 30 girls (mean age 9;0) took part individually in a “role play” in which they had to convince a potential helper of their choice to give them the help they need to solve a cognitive, relational or material problem. The role of the helper was played by the experimenter. The helper puts forward six objections: (1) lack of motivation; (2) lack of availability; (3) insufficient skill; (4) retortion of lack of help from the partner in the past; (5) request for the subject to be more autonomous; (6) challenge to the relevancy of the choice of helper. The arguments formulated by the subjects were recorded and then coded into the following categories: (1) self‐centred; (2) other‐centred; (3) centred on the helper/requester relationship; (4) external centration; (5) emphasis on the request; (6) acceptance of the refusal of the helper. In the second experiment, 19 boys and 19 girls (mean age 6;8) had to convince a potential helper to help them solve a cognitive problem. The experimental paradigm was identical to the one in Experiment 1. The findings for the three types of problems and for both ages exhibit the same type of patterns. However, the younger children produced fewer arguments. Direct negation of the objection, absent at age nine, was relatively frequent at age six. Acceptance of the refusal of the helper was more frequent at age six than at age nine, in particular when the chosen helper was an adult. The findings are discussed in terms of adjustment of the children's arguments to helpers' objections.' A differential analysis as a function of types of chosen helpers is put forward.

© 1993 International Union of Psychological Science