L'influence du nombre sur le traitement des problèmes temporels

Authors:
Stavroula Samartzis
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599508246567
Pages:
237–255
Volume/Issue No:
Volume 30 Issue 2

Additional Options

Notre propos concerne le développement des inferences temporelles lorsqu'il s'agit des situations symboliques. Notre hypothèse sur les aspects qualitatif et quantitatif du raisonnement est que les données numériques facilitent la résolution de la tâche, parce que ce type d'information (quantitative) conduit à la construction des règles algébriques d'intégration. Seize problèmes portant sur l'ordre d'allumage, l'ordre d'extinction et la durée relative des deux lampes (événements non cinématiques) ont été présentés à 49 sujets de 10 ans. Les problèmes sont présentés selon deux formes: une forme qualitative, où les données sont exprimées en termes relatifs “avant” et “après”, et une forme quantitative où les données sont exprimées par des nombres (par exemple, “la lampe rouge s'allume à 9 heures et la lampe verte à 11 heures”). Ainsi, les sujets doivent résoudre 32 problèmes. Deux types d'énoncés sont distingués: les énoncés décidables conduisent à une seule réponse valable et les énoncés indécidales conduisent à des solutions multiples. Les résultats montrent que (a) les problèmes temporels sont plus facilement résolus quant ils sont présentés sous forme quantitative (information numérique; et (b) les erreurs observées sous forme quantitative sont fondées sur des mécanismes cognitifs plus évolués, supposant des décentrations.

Our proposal concerns the development of temporal inferences when the information is given in symbolic form. As far as the qualitative and quantitative aspects of reasoning are concerned, our hypothesis is that the presence of numerical data makes the task resolution easier, because this kind of written information (quantitative) leads subjects to the construction of algebraic integration rules. Sixteen problems concerning the order of lighting, the order of extinction, and the relative duration of two lamps (non‐cinematique events) were presented to 49 10‐year‐old children. The problems were presented in one of two forms: a qualitative form where data is expressed by the relative terms “before” and “after” and a quantitative form where data is expressed by numbers (eg “the red lamp goes on at 9 o'clock, the green one at 11 o'clock”)‐ Thus, the children were presented a set of 32 experimental situations. Two types of problems are distinguished: the decidable type concerns problems with one possible solution and the undecidable type concerns problems with multiple solutions. The results show that (a) problems with numerical data are easier to solve; and (b) the errors observed are based on cognitive mechanisms that are more developed.

© 1995 International Union of Psychological Science