Metaphonological Abilities of Spanish Illiterate Adults

Authors:
José Antonio Adrián, Jesús Alegria, José Morais
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599508246574
Pages:
329–351
Volume/Issue No:
Volume 30 Issue 3

Additional Options

The metaphonological abilities of illiterate Spanish‐speaking people were evaluated. A group of rudimentary readers who have had deficient schooling was taken as control. The subjects were asked to discriminate between pairs of syllables that are minimally different in terms of phonetic features, to evaluate rhyme relations, to judge whether or not a particular phoneme or syllable was present in an utterance, and to delete and reverse phonemes and syllables. The results show that illiterates are quite good at phonetic discrimination. Almost half of them demonstrated an unequivocal ability to appreciate rhyme. However, their performance on the syllable tasks, and especially on the phoneme tasks, was very poor. There was almost no overlap between the scores of illiterates and rudimentary readers in the phonemic tasks. The present study confirms previous indications that phonemic awareness does not develop as a mere consequence of cognitive or linguistic maturation. It extends this claim to languages that, like Spanish, possess only a small set of vowels. On the other hand, the lack of phonemic awareness does not imply any substantial inferiority in phonemic sensitivity, i.e. the ability to discriminate between minimal pairs.

Les habiletés métaphonologiques d'un groupe d'adultes illettrés parlant espagnol ont été évaluées. Des lecteurs de niveau rudimentaire ayant eu une scolarité réduite servaient de groupe contrôle. Les tâches des sujets étaient de discriminer entre paires de syllabes minimalement différentes en termes de traits phonétiques, dévaluer des relations de rime, de juger si oui ou non un phonème ou une syllabe cibles étaient présents dans une expression, et de soustraire et d'inverser des phonèmes et des syllabes. Les résultats ont montré que les illettrés étaient très bons en discrimination phonétique. Presque la moitié d'entre eux ont démontré clairement une habileté à faire des jugements sur la rime. Cependant, leur performance dans les tâches syllabiques et, particulièrement, dans les tâches phonémiques était très mauvaise. Il n'y avait presque pas de recouvrement entre les scores des illettrés et des lecteurs “rudimentaires” dans les tâches phonémiques. Cette étude confirme des indications préalables de ce que la conscience phonémique ne se développe pas comme une simple conséquence de la maturation cognitive ou linguistique. Elle généralise cette proposition à des langues qui, comme l'espagnol, ne possèdent qu'un petit nombre de voyelles. D'autre part, le manque de conscience phonémique n'implique aucune infériorité substantielle en sensibilité phonémique, c'est‐a‐dire dans l'habileté à discriminer des paires minimales.

© 1995 International Union of Psychological Science