Examen d'une erreur fondamentale dans la perception du hasard

Authors:
Robert Ladouceur, Claude Paquet, Nadine Lachance, Dominique Dubé
Published Online:
21 Sep 2010
DOI:
10.1080/002075996401115
Pages:
93–99
Volume/Issue No:
Volume 31 Issue 2

Additional Options

Un des principaux facteurs expliquant le jeu excessif serait les perceptions erronées qu'entretiennent les individus concernant le hasard. Cet article vise à préciser les perceptions du joueur en analysant ses verbalisations lors de la production ou de la reconnaissance de suites aléatoires. Deux études empiriques ont été réalisées. E est prédit que la majorité des gens ont une perception erronée à l'égard du hasard et qu'il existe une relation entre le nombre d'issues possibles (par exemple deux lors du tir d'une pièce de monnaie ou six lors du tir d'un dé) et le nombre de verbalisations erronées faisant référence aux événements passés de la suite. Comme on le prévoyait, près de 70% des verbalisations sont l'expression d'une perception erronée, la plupart se référant à des liens de dépendance entre les événements de la suite. Cependant, l'augmentation du nombre d'issues possibles n'a pas d'effet significatif sur la proportion de perceptions erronées. La discussion met en relief les implications pratiques et théoriques des perceptions inadéquates des joueurs sur l'illusion du contrôle du jeu et des comportements excessifs en résultant.

This paper reports the results of two studies that examine the perceptions expressed by individuals while attempting to identify or to generate random sequences; it was hypothesized that erroneous perceptions dominate probability judgement. The first study demonstrated that subjects verbalized significantly more erroneous than accurate perceptions when identifying or generating sequences of random binary events. The second study was designed to verify if the number of events would increase the frequency of misconceptions. Results showed that the total number of erroneous perceptions again outnumbered accurate perceptions, but contrary to the hypothesis, the number of events did not increase the number of misconceptions. The basic cognitive error was that subjects were unable to consider each event as independent. The theoretical and practical implications of these results are discussed in relation to the illusion of control and its role in understanding excessive gambling.

© 1996 International Union of Psychological Science