The Representation of Knowledge in Minds and Machines

Authors:
Walter Kintsch
Published Online:
21 Sep 2010
DOI:
10.1080/002075998400169
Pages:
411–420
Volume/Issue No:
Volume 33 Issue 6

Additional Options

Human knowledge can be represented as a propositional network in which the meaning of a node is defined by its position in the network. That is, the relationship between a node and its neighbours determines how this node is used in language understanding and production, i.e., its meaning. The propositions that make up such a network are predicate‐argument structures with time and location slots. Schemas, frames, and production rules can be expressed in the same formalism. Implications for this contextual view of meaning are discussed. Since the construction of such a propositional network depends on hand coding and is therefore impractical, an alternative automatic statistical procedure is explored that yields a high‐dimensional semantic space. Vectors in this space correspond to nodes in the propositional network, in that the meaning of a vector in the Latent Semantic Analysis space is given by its neighbouring vectors in that space.

Les connaissances humaines peuvent ětre représentées sous la forme d'un réseau propositionnel dans lequel la signification d'un noeud est définie par sa position au sein du réseau. La relation entre un noeud et ses voisins détermine la manière dont ce noeud est utilisé dans la compréhension et la production du langage, en d'autres termes, sa signification. Les propositions qui constituent un tel réseau sont des structures prédicat‐argument incluant une information temporelle et une information de localisation. Les schémas, les “frames” et les règles de production sont également exprimables à l'aide de ce formalisme. Les implications de cette interprétation contextuelle de la signification sont discutées dans le présent article. Si la construction d'un tel réseau propositionnel dépendait uniquement d'un codage manuel, elle serait de fait pratiquement irréalisable. C'est pourquoi une procédure statistique automatique est envisagée. Cette procédure produit un espace sémantique à dimensions multiples. Les vecteurs dans cet espace correspondent aux noeuds du réseau propositionnel. Ainsi, la signification d'un vecteur dans l'espace de l'Analyse Sémantique Latente est donnée par les vecteurs voisins au sein de cet espace.

© 1998 International Union of Psychological Science