Cognitive Bias to Internal Sources of Information in Anxiety

Authors:
Manuel G. Calvo, Michael W. Eysenck
Published Online:
21 Sep 2010
DOI:
10.1080/002075998400321
Pages:
287–299
Volume/Issue No:
Volume 33 Issue 4

Additional Options

Discrepancies between (a) self‐reported psychosomatic symptoms and (b) actual fitness under non‐stress (Study 1), as a function of trait anxiety, were examined, as well as discrepancies between (a) self‐reported cognitive and somatic state anxiety and (b) objective measures of behavioural reactivity, physiological arousal, and performance under social‐evaluative stress (Study 2). Results indicated that persons high in trait anxiety exaggerated distress in both conditions: They showed disproportionately greater self‐reported concerns than actual problems. In contrast, those low in anxiety minimized distress (lower self‐reported than actual problems). These discrepancy phenomena are explained in terms of biases in the processing of internal sources of information.

Dans le premier travail on étudie, en prenant en compte le degré d'anxiété, les écarts entre (a) les symptômes psychosomatiques perçus subjectivement et (b) les indicateurs objectifs de santé. Dans le second travail on examine les écarts entre (a) l'état d'anxiété subjectif et (b) les mesures objectives de réactivation comportemental, de stimulation physiologique et de rendement dans des conditions de stress d'évaluation. Les résultats montrent que les personnes manifestant un niveau élevé d'anxiété exagèrent leur état subjectif de trouble dans les deux cas: ils ont affirmé qu'ils souffraient de problèmes émotionnels et de santé plus importants que ceux qui ont été réellement observés. En revanche, les sujets ayant un faible niveau d'anxiété ont minimisé leur expérience (plus de problèmes réels que subjectifs). Ces phénomènes d'écart s'expliquent par les différentes tendances dans le traitement des stimuli internes.

© 1998 International Union of Psychological Science