Testing the Idea of Distinct Storage Mechanisms in Memory

Authors:
Donald Laming
Published Online:
21 Sep 2010
DOI:
10.1080/002075999399774
Pages:
419–426
Volume/Issue No:
Volume 34 Issue 5-6

Additional Options

This paper sets out quantitative foundations for testing the idea that memory is served by two distinct storage mechanisms, a short‐term and a separate long‐term store, using data from the single‐trial free‐recall experiment by Murdock and Okada (1970). In single‐trial free recall one can observe which word is recalled next and how long that recall takes, but that is all. So justification for two separate stores must turn either on the probabilities of recall, or on the latencies, for particular serial positions in the stimulus list.

(a) Nearly one‐third of all recalls after the first are successors (Word n+1 immediately following recall of Word n). So recall is dominated, not by absolute serial position (as a short‐term store would require), but by position relative to the preceding recall.

(b) To a first approximation, all first recalls have the same latency distribution except for Word 1. A common latency distribution is compatible with a single store. An explanation is offered why Word 1 should take longer, in which Word 1 is the second retrieval from a common store.

The idea of two separate stores appears to lack experimental support.

Cet article propose un test quantitatif de l'idée selon laquelle la mémoire comprendrait deux mécanismes distincts d'emmagasinage, un mécanisme à court terme et un mécanisme à long terme. Les données d'une expérience de Murdock et Okada (1970), dans laquelle un seul essai de rappel libre était présenté, sont utilisées. Dans cette tâche, il est possible de vérifier quel mot est rappelé après un autre mot et combien de temps prend ce rappel, mais ce sont la les deux seules mesures disponibles. Dans ces conditions, la justification de l'existence de deux systèmes séparés doit être basée soit sur les probabilités de rappel ou sur le temps de latence pour des positions sérielles spécifiques.

(a) Près d'un tiers de tous les mots rappelés après le premier sont des successeurs (Mot n+1 suit immédiatement le rappel du Mot n). Le rappel est donc dominé par la position relative de l'item rappelé précédemment et non pas par la position sérielle absolue (comme l'exigerait l'hypothèse d'un système à court terme).

(b) Tous les premiers rappels ont approximativement la même distribution de latence, excepté le Mot 1. Cette distribution de latence est compatible avec un système unitaire de mémoire. Le temps de latence plus long pour le Mot 1 serait attribuable au fait que celui‐ci est le second à être récupéré d'un système commun.

L'idée de deux systèmes séparés de mémoire semble manquer de appui empirique.

© 1999 International Union of Psychological Science