Nature des représentations du langage écrit aux débuts de l'apprentissage de la lecture: un modèle interprétatif

Authors:
Mireille Bastien‐Toniazzo, Annie Magnan, Houria Bouchafa
Published Online:
21 Sep 2010
DOI:
10.1080/002075999400096
Pages:
43–58
Volume/Issue No:
Volume 34 Issue 1

Additional Options

Ce travail vise à mettre à l'épreuve un modèle de simulation à base de connaissances élaboré dans une recherche longitudinale antérieure pour rendre compte des erreurs de lecture produites par des enfants en première année d'acquisition de la lecture. Ce modèle repose sur deux hypothèses: (1) au moment où se met en place l'apprentissage de la correspondance grapho‐phonologique, l'enfant cherche à extraire de la suite de lettres qui compose le mot, des configurations graphiques correspondant à des syllabes orales; (2) ces configurations graphiques peuvent ětre stockées soit sous forme de suites ordonnées de lettres soit sous forme d'ensembles non‐ordonnés de lettres. Les erreurs de permutations fréquemment observées dans cette période de l'acquistion de la lecture, seraient alors la trace d'une représentation non‐ordonnée des configurations graphiques. Deux expériences ont été conduites auprès d'un nouveau groupe d'enfants après six mois de cours préparatoire. Dans l'expérience 1, ils devaient détecter une syllabe orale dans un pseudo‐mot présenté visuellement et dont le premier trigramme correspondait ou non à l'ordre correct de transcription de la syllabe. Dans l'expérience 2, les enfants devaient lire des pseudo‐mots tri‐syllabiques dont le premier trigramme était présenté dans quatre ordres différents. Les erreurs de lecture produites en lecture correspondent aux prédictions que permettent de faire le modèle. Par ailleurs, l'absence de corrélation entre les deux épreuves, suggère que les connaissances activées sont de nature différente selon la tâche.

The main objective of this study is to test a knowledge‐based simulation model, elaborated in a previous longitudinal research in order to explain reading errors produced by first‐grade children. This model relies on two assumptions: (1) in the beginning of the grapho‐phonological acquisition, the child tries to extract, from the series of letters which forms a word, graphic patterns corresponding to an oral syllable; (2) these patterns are stored either in an ordered representation or in a non‐ordered representation. Permutation errors, often pointed out in this phase of reading acquisition, would then be the mark of a non‐ordered representation of the graphic patterns. Two experiments were proposed to new first‐grade children, in the middle of the school year. In experiment 1, they had to detect an oral syllable in written pseudo‐words in which the first trigram did or did not correspond to the legal order. In experiment 2, they had to read aloud trisyllabic pseudo‐words in which the first trigram was presented in four different orders. Reading errors correspond to the predictions our model allows. Moreover, the absence of correlation between the two tasks suggests that the knowledge activated depends on the type of activity.

© 1999 International Union of Psychological Science