Le modèle écoculturel: un cadre pour la psychologie culturelle comparative

Authors:
Bertrand Troadec
Published Online:
18 Oct 2010
DOI:
10.1080/00207590042000092
Pages:
53-64
Volume/Issue No:
Volume 36 Issue 1

Additional Options

L'objectif de cet article est d'argumenter, à partir d'une conception constructiviste de la connaissance scientifique, les fondements épistémologiques d'une approche culturelle comparative contemporaine, en invoquant la nécessité d'un paradigme heuristique de recherches, tel que peut l'être le modèle écoculturel de John Berry. Ce modèle est envisagé comme la modélisation systémique par un psychologue de phénomènes perçus complexes, en l'occurrence les relations “esprit‐cerveau‐culture” et leur développement. Au niveau individuel de l'analyse, on défend la nécessité de dépasser la distinction classique entre des compétences et des performances. Les compétences sont différenciées ici en croyances intuitives (ou fonctions mentales élémentaires) et croyances réflexives (ou fonctions mentales supérieures). Celles‐ci restent conçues comme étant conjointement à l'origine des comportements observables. Il en ressort la possibilité théorique d'un “constructivisme relativiste” qui pourrait convenir mieux que le “constructivisme universaliste”, tel que Jean Piaget l'a proposé.

© International Union of Psychological Science