Level of emotional awareness in the general French population: Effects of gender, age, and education level

Authors:
Jean‐Louis Nandrino, Margaret Baracca, Pascal Antoine, Virginie Paget, Sarah Bydlowski, Solange Carton
Published Online:
05 Feb 2014
DOI:
10.1080/00207594.2012.753149
Pages:
1072-1079
Volume/Issue No:
Volume 48 Issue 6

Additional Options

La Levels of Emotional Awareness Scale (LEAS) construite par Lane et al (1990) mesure l'aptitude d'un sujet à discriminer ses propres états émotionnels et ceux des autres. Cette échelle repose sur un modèle cognitivo‐développemental selon lequel la conscience émotionnelle s'accroît de façon semblable aux fonctions intellectuelles. Parce que les études auprès des populations nord‐américaines et allemandes ont démontré un effet de l'âge, du sexe et du niveau d'éducation sur l'aptitude à différencier les états émotionnels, notre étude tente de déterminer si ces facteurs ont les mêmes effets dans une population générale française. Sept cent cinquante volontaires (506 femmes, 244 hommes) recrutés dans trois régions de la France (Lille, Montpellier, Paris) ont répondu à la LEAS. l'échantillon a été divisé en cinq groupes d'âge et en trois niveaux d'éducation. Les résultats des scores de la LEAS pour soi et les autres et le score total ont montré une différence dans le niveau de conscience émotionnelle selon les groupes d'âge différents, le sexe et le niveau d'éducation. Un niveau émotionnel plus élevé a été observé pour les groupes d'âge plus jeunes ce qui suggère que la conscience émotionnelle dépend du contexte culturel et des enseignements sociétaux générationnels. De plus, le niveau de conscience émotionnel était plus élevé chez les femmes que chez les hommes et plus bas pour les individus étant moins éduqués. Ce résultat peut s'expliquer par un biais éducationnel lié au sexe et au niveau d'éducation plus élevé où l'aptitude à s'exprimer est renforcée. De plus, étant donné le fort degré de variabilité dans les scores déjà observés dans la population française, nous proposons une norme basée sur notre échantillon français.

© International Union of Psychological Science