Metacognition, Metalanguage and Metapragmatics

Authors:
Jean Emile Gombert
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599308246942
Pages:
571-580
Volume/Issue No:
Volume 28 Issue 5

Additional Options

Dans cet article, l'auteur rappelle brièvement l'analyse que John Flavell fait de la métacognition et tente d'y intégrer les activités métalinguistiques. Cet exercice met en évidence quelques caractéristiques intéressantes du champ métalinguistique et de l'état actuel de son étude. D'abord, il apparaît que, contrairement aux autres métacapacités, les capacités métalinguistiques se définissent par leurs objets. Dès lors, les fonctionnements métalinguistiques sont au moins en partie orthogonaux aux autres fonctionnements métacognitifs. Ensuite, il apparaît que la position du métapragmatique par rapport au métalinguistique doit être précisée. En particulier, il semble nécessaire de bien différencier les connaissances métapragmatiques des expériences métapragmatiques. Le fait que cette distinction ne soit généralement pas opérée contribue à l'hétérogénéité de ce champ d'étude et engendre de fausses controverses. Enfin, l'analyse révèle que la manipulation de l'écrit suscite la mobilisation de connaissances métalinguistiques non mobilisées spontanément à l'oral. L'étude de la place de ces connaissances et de la charge cognitive que représente leur manipulation aux divers niveaux d'expertise de la lecture et de l'écriture est à développer.

© International Union of Psychological Science