Importance des facteurs situationnels et d'expérience dans la détermination du style de gestion: une perspective canadienne

Authors:
Jacques Barrette
Published Online:
27 Sep 2007
DOI:
10.1080/00207599508246578
Pages:
431-450
Volume/Issue No:
Volume 30 Issue 4

Additional Options

Cette étude a deux objectifs principaux : (1) examiner la relation entre le style de gestion et quatre variables contingentes, soit le niveau hiérarchique, l'étendue du contrôle, la complexité des tâches des subordonnés et la fonction en tenant compte de l'influence modératrice de quatre caractéristiques d'expérience, soit l'âge, le sexe, l'ancienneté et la scolarité; et (2) identifier quelles variables situationnelles et d'expérience prédisent le mieux le style de leadership. Le test de Bordeleau (1980) mesurant neuf dimensions de leadership fut appliqué pour 229 superviseurs de niveaux hiérarchiques différents dans une organisation. Une mesure de complexité des postes supervisés fut obtenue. Les résultats montrent : (1) que la complexité des tâches supervisées prédit une plus grande souplesse d'autorité et une implication moins grande pour connaître le travail du subordonné; (2) que les superviseurs des niveaux hiérarchiques élevés sont moins impartiaux mais plus souples que ceux des niveaux inférieurs; (3) que l'ouverture et la discussion au travail d'équipe diminuent avec l'augmentation du nombre d'employés supervisés; (4) qu'une baisse de bienveillance face aux problèmes personnels des employés se rencontre surtout chez les superviseurs masculins scolarisés; (5) que le genre féminin est associé à une tendance à entretenir plus de relations amicales avec les subordonnés; (6) que le support au travail n'est prédit par aucune des variables indépendantes; (7) que les variables d'expérience modèrent les relations obtenues entre les facteurs situationnels et le style de gestion.

© International Union of Psychological Science